Missions et actions

Corps

 

1. La Mission du Relais
 

L’association sans but lucratif Relais Enfants-Parents s’efforce de soutenir, de renforcer et, si besoin est, de rétablir le lien entre un enfant et son parent détenu. Ce lien est très souvent profondément ébranlé par l’incarcération du parent, avec de graves conséquences pour l’enfant et sa famille. 

Actifs au sein de 11 prisons à Bruxelles et en Wallonie, nous venons en aide à plus de 1.800 enfants de tous les âges afin qu’ils puissent entretenir des relations régulières avec leur parent détenu, dans les meilleures conditions possibles et avec le soutien de psychologues spécialisés.

Tant l’enfant que les parent détenu a le droit à une vie de famille ; il s’agit d’un droit humain et fondamental. Pour le détenu, maintenir le lien avec sa famille et ses enfants lui permet de rester connecté avec l’extérieur et de se préparer à la sortie, et de réduire le risque de récidive. 

Guidés par l’intérêt suprême de l’enfant, nous nous adressons à toutes les familles quels que soit leur origine, leur confession, leur situation sociale ou les faits qui ont pu mener à la détention d’un parent.

Nous intervenons à la demande du parent détenu, d’un autre membre de la famille, du juge de la jeunesse, ou d’un enfant en détresse. Nous travaillons gratuitement et indépendamment de l’administration pénitentiaire. 

 

2. Nos actions
 

Préparation à la première visite

Avant qu’il ne vienne en prison pour la première fois pour voir son papa ou sa maman, nous nous rendons sur le lieu de vie de l’enfant afin de répondre aux nombreuses questions qu’il se pose. Nous essayerons de surmonter ensemble les nombreuses et légitimes peurs, inquiétudes et interrogations des enfants. Ce projet a pu être financé jusqu’à ce jour grâce à l’appui de Viva for Life

Visites individuelles

Lors d’une première visite en prison, nous veillons à ce que l’enfant voie son parent seul à seul, accompagné d’un de nos psychologues. Si l’entrevue se passe favorablement, nous aborderons ensemble les prochaines rencontres lors des visites collectives.

Visites collectives

Lors des visites collectives, plusieurs parents rencontrent leurs enfants en même temps dans la même salle. Nous veillons à transformer des locaux froids en des lieux de rencontre chaleureux et pleins de vie, de rires et de joie. Ces visites ont lieu en principe tous les quinze jours, en présence d’un ou plusieurs de nos psychologues et souvent avec l’aide d’accompagnants aussi bienveillants que bénévoles.

Moments festifs

Des visites collectives vont être mises à profit pour célébrer des fêtes personnelles ou collectives : anniversaires, fête de la rentrée, fête des pères ou mères fête du printemps et la fête des enfants le jour de la Saint Nicolas. À cette occasion, les enfants reçoivent des cadeaux choisis par leur parent, des friandises, un gâteau ou réalisent des bricolages en compagnie des adultes. Ces moments festifs sont importants. Ils sont source de chaleur et de joie, et ils permettent aux parents de vivre pleinement leur rôle de père ou de mère — pour le plus grand bonheur des enfants. Des photos souvenirs sont prises et distribuées.

Maman & bébé en prison

Nous accordons une attention particulière aux enfants qui vivent auprès de leur mère incarcérée.

Lorsqu’une mère entre en prison avec un bébé, l’équipe la rencontre le plus rapidement possible. Nous offrons un suivi psychologique et, si la mère est d’accord, nous accompagnons l’enfant pour qu’il puisse visiter une crèche la journée en dehors de la prison.

Les entretiens individuels (enfants ou parents)

Nos psychologues proposeront une aide individuelle à tout enfant qui présentera des troubles dus au stress causé par l’incarcération de son parent.

Nous offrons également un soutien psychologique à tout parent détenu qui le souhaite. Nous répondrons à ses interrogations et l’aiderons à mieux aborder son rôle en tant que père ou mère. Il est important de pouvoir redonner au papa ou à la maman incarcérée une existence en tant que parent, car c’est lui redonner des responsabilités dont il est affranchi en prison mais aussi lui redonner une place dans la société.  

 

3. Chiffres clés
 

Enfants pris en charge : 1.800

Détenus pris en charge moyenne par an: 700

Equipe : 14 personnes, dont 10 psychologues à mi-temps

Présence : dans 11 prisons

Financement FWB : €180.000

Financement Viva for Life: depuis 3 ans, pour la préparartion des enfants à la première entrée en prison

Dépense: 86% des dépenses en personnel

 

4. Les droits fondamentaux de l’enfant
 

Le droit international dit que les enfants sont des êtres vulnérables et dépendants qui ont besoin de la protection de leurs parents. Ils ont le droit à une vie de famille, même si un de leurs parents se trouve en prison suite à des actes dont ils ne sont pas les auteurs. 

Le Relais Enfants-Parents s’efforce à ce que ces enfants soient en mesure d’exercer leurs droits.

La Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne est sans ambiguïté. Son article 24 dit que : 

“Tout enfant a le droit d'entretenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents, sauf si cela est contraire à son intérêt.”

Dans la Recommandation CM/Rec(2018)5 du Comité des Ministres aux États membres concernant les enfants de détenus, le Conseil de l’Europe affirme que “les enfants de détenus doivent bénéficier des mêmes droits que les autres enfants”.

La Convention internationale des droits de l’enfant des Nations unies déclare que l’enfant “doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d'amour et de compréhension” et qu’il a le droit d’être élevé par ses deux parents.

Enfin, Rappelons que la Déclaration universelle des droits de l’homme  proclame que tous les enfants ont droit à une aide et à une assistance qui tienne compte de leurs besoins spécifiques.

La Belgique est tenue par ces conventions et déclarations internationales. C’est notamment pourquoi la Fédération Wallonie Bruxelles s’est dotée d’un Délégué général aux droits de l’enfant.

 

5. International
 

Le Relais Enfants-Parents est membre de Children of Prisoners Europe, un réseau européen d’organisations qui travaillent en faveur des enfants de parents emprisonnés. 

Nous sommes également membres de la Fédération internationale des relais enfants parents. 

 

6. Résolution du Parlement francophone bruxellois
 

En 2014, l’organisation italienne Bambinisenzasbarre (enfants sans barreaux), le Ministre italien de la justice et l’ombudsman pour l’enfance en Italie ont signé un “protocole d’entente” comprenant une série de mesures pratiques afin de favoriser le maintien des relations entre parents détenus et leurs enfants.

Lien vers Children of prisoners Europe
 

En Belgique, le Relais Enfants-Parents s’efforce de convaincre les autorités de mettre en oeuvre des mesures équivalentes. Le Parlement francophone bruxellois a adopté en 2018 une Résolution en ce sens. 

La Résolution déclare que : “Les conditions d’accueil d’un enfant à l’intérieur d’un établissement pénitentiaire doivent lui permettre de bénéficier, malgré la situation d’incarcération de son parent et auprès de lui, d’une vie compatible avec les exigences de sa croissance et de son développement sur les plans physique, mental et social et de sa dignité d’enfant conformément à ce que prévoit la Convention des Droits de l’Enfant.”

Résolution du Parlement francophone bruxellois